• Dernière cartouche

     

     
     
    Là-bas, au delà des rue de cette ville, les débris noirs on rempli les gouttières,
    Dans des ruelles vides de toute lumière, où les choses vivent hors de la vue.
    Là-bas, au delà de ces néons rougeoyant racleurs du ciel, toute la nuit fait écho a mon nom entre chaque voiture : « es tu heureux ou tu es ? »
     
    Met a jours ce destin imminent, nous avons laissé notre poids être porté pas le monde.
    Il est de retour et nous coupe à chaque kilomètre. Nous sommes encore dans l’ignorance.
     
    Toutes les erreurs ont-elle étaient faites ? Pouvons-nous encore être sauvés ?
    Est-il trop tard pour renverser ce que nous somme devenu ?
    Une leçon cruciale ratée a un point crucial du temps ?
    Ce qui est a moi est toujours a toi et a toi est mien …
     
    Et on continu, jours après jours à vivre comme si nos vies n’étaient pas aussi grises,
    Tandis que chaque bouffé d’air que nous prenons, nous fait suffoquer de plus en plus.
    On passe le balai sur une myriade de scènes d’une simple mère sur trois, brisée
    Sauvons nous de ce que nous somme devenu cette nuit… .
    Yeux glacés par la méfiance,
    Plus de sens du bon ou du mauvais….
     
     Met a jours ce destin imminent, on est allé si loin qu’il est temps de faire marche arrière.
    Il est de retour et nous coupe à chaque kilomètre. Mais apprenons notre ignorance.

     

    Steinko


  • Commentaires

    1
    nanichou
    Mercredi 7 Janvier 2009 à 10:34
    Un regard sombre mais lucide dont on sent tout de même l'espérance...La fin du texte est brêve et juste.
    Bonne journée.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :